Rear Window

Posted: 03 Oct 2007 18:10 under 1954, Mystery, Thriller, USA

In 1950 – something New York, a photographer adventurous freelancer thinks he is bordered on a wheelchair in his very small flat while a broken leg repairs. With only the occasional entertainment of a male nurse of visit and of its interest of love reduces to nothingness, a nice way that the adviser, its attention is naturally drawn to the court outside its “back window” and the occupiers of the buildings who encircle it. Soon he is used by dramas deprived of his neighbours’ lives which finish before the eyes. There is “Miss Lonelyhearts, “so despaired for his imaginary lover as she sits down to him a plate in the table of dinner and feigns their dialogue following. There is the exhausting irritated compositor on the piano, the sculptor getting a tan, the dancer well made proportional, the new bridegrooms who are hidden their neighbours by a shadow of window and a mature bungling couple with a small yelping dog who sleep on the emergency stairs to avoid the sweltering heat of their flat. And then there is the mysterious seller whose sudden absence of groundless wife of the stage by harassing, coincides menaçamment with incursions ” the dark of night ” in darkness, city sleeping with its case of promotion. Where did she go? What is in the trunk which the seller sends far? What is he summer by making with knives and fact to see that he does the cleaning in the sink?.

En 1950 – quelque chose New York, un photographe free-lance aventureux se trouve confiné à un fauteuil roulant dans son très petit appartement pendant qu’une jambe cassée répare. Avec seulement la distraction occasionnelle d’un infirmier de visite et de son intérêt d’amour réduit à néant, une belle manière que le conseiller, son attention est naturellement attirée à la cour à l’extérieur de sa “fenêtre arrière” et les occupants des immeubles qui l’entourent. Bientôt il est consommé par les drames privés de ses vies de voisins qui se finissent avant ses yeux. Il y a “Mlle Lonelyhearts,” si désespérée pour son amant imaginaire qu’elle se l’assoit une plaque à la table de dîner et feint leur conversation s’ensuivant. Il y a le compositeur énervé claquant sur son piano, le sculpteur se faisant bronzer, le danseur bien proportionné, les nouveaux mariés qui sont dissimulés de leurs voisins par une ombre de fenêtre et un couple d’âge mûr bungling avec un petit chien jappant qui dorment sur l’escalier de secours pour éviter la chaleur oppressante de leur appartement. Et ensuite il y a le vendeur mystérieux dont en harcelant, l’absence soudaine de femme sans fondement de la scène coïncide menaçamment avec les incursions “le milieu de la nuit” dans l’obscurité, la ville dormant avec son cas de promotion. Où est-elle allée ? Ce qui est dans le tronc que le vendeur expédie loin ? Qu’est-il été en faisant avec les couteaux et le fait de voir qu’il fait le ménage à l’évier ?.

Search keywords

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.